Si j'ose dire, quésaco ?

Des chansons originales... à lire, à écouter (ici, notre chaîne YouTube), à reprendre, à diffuser, à fredonner, à brailler...

lundi 7 janvier 2019

Valse antique

De quoi demain sera t-il fait,
Qu'est-ce que le ciel nous a mis de côté?
De quoi demain sera t-il fait?
La la la...la la la...

Sumer et Babylone
Et la gloire de Rome
Ont bien disparu
Ne restent que la poussière,
Le sable du désert
Et quelques statues

De quoi demain sera t-il fait,
Qu'est-ce que le ciel nous a mis de côté?
De quoi demain sera t-il fait?
La la la...la la la ...

Qu'elles étaient belles, ces cités,
Vers les cieux elles dressaient
Leur orgueil stupide
Mais leur saison est passée
Elles qui pourtant croyaient
Que le ciel n'est pas vide

Les empires sont fragiles
Colosses aux pieds d'argile
Déguisés en rois mages
Vous les puissants d'aujourd'hui
Gare aux intempéries
J'entends gronder l'orage

De quoi demain sera t-il fait,
Qu'est-ce que le ciel nous a mis de côté?
De quoi demain sera t-il fait?
La la la...la la la...

mercredi 12 décembre 2018

Après dissipation des brouillards matinaux

Après dissipation des brouillards matinaux
Le soleil à peine venait de se lever
Et le jour naissant éclairait mon radeau
J'étais seul au monde et les fées me couvaient

J'allais dans le grand matin clair
M'abreuver à la source enchantée
Et me colorier l'âme de senteurs éphémères
Que je n'ai jamais depuis lors retrouvées

Après dissipation des brouillards matinaux
Le soleil brillait toute la sainte journée
Et le jour vainqueur enflammait mon radeau
Comme je m'escrimais sous les dards des fées

J'allais, ivre de lumière,
Et les anges, du haut de l'empyrée,
Me tendaient les bras et m'appelaient mon frère
Le cœur grand ouvert, je les rejoignais

Après dissipation des brouillards matinaux
Le soleil déjà semblait se résigner
Et le soir venu dévorait mon radeau
Les fées s'étaient tues et les anges baillaient

J'allais parmi les ombres sournoises
L'âme en peine et l'oreille aux aguets
Et quand un croquant venait me chercher noise
Alors je lui jouais un vieux blues rouillé

Après dissipation des brouillards matinaux
La nuit maintenant aiguisait ses reflets
Mais la lune souriait dans le noir, c'était beau,
Elle me fit un clin d’œil et je fus consolé

jeudi 6 décembre 2018

Tatouée sur mon cœur

Je t'ai tatouée sur mon cœur
Ça s'voit pas, c'est à l'intérieur
Faut que tu m'croies sur parole
Je t'ai tatouée sur mon cœur
Ça s'voit pas, c'est à l'intérieur
Je ne veux pas que tu t'envoles

Je n'ai pas le goût
Des dessins à l'encre
Bande dessinée ambulante
Alors pour t'avoir près de moi
Brasier d'amour quand il fait froid
Quand je suis sur une mauvaise pente

Je t'ai tatouée sur mon cœur
Ça s'voit pas, c'est à l'intérieur
Faut que tu m'croies sur parole
Je t'ai tatouée sur mon cœur
Ça s'voit pas, c'est à l'intérieur
Je ne veux pas que tu t'envoles

Je n'ai pas le goût
Des dessins à l'encre
Sur une peau vieillissante
Alors pour garder ton sourire
Pour le meilleur et pour le pire
Pour ne pas dévaler la pente

Je t'ai tatouée sur mon cœur
Ça s'voit pas, c'est à l'intérieur
Faut que tu m'croies sur parole
Je t'ai tatouée sur mon cœur
Ça s'voit pas, c'est à l'intérieur
Je ne veux pas que tu t'envoles

Un jour, le grand méchant loup
Viendra me prendre par le cou
Pour m'emmener dans sa tanière
Mais comme je te porte en moi
Je t'emmènerai dans l'au-delà
Aujourd'hui demain comme hier

             Car

Je t'ai tatouée sur mon cœur
Ça s'voit pas, c'est à l'intérieur
Faut que tu m'croies sur parole
Je t'ai tatouée sur mon cœur
Ça s'voit pas, c'est à l'intérieur
Je ne veux pas que tu t'envoles

Je ne veux pas que tu t'envoles

lundi 19 novembre 2018

J'aime t'aimer

J'aime t'aimer
J'aime flâner
Dans tes vallées
Sur tes collines
Je butine
Tendre abeille
Tes jolies roses
J'en suis tout chose
J'aime t'aimer
J'aime t'aimer

J'aime t'aimer
J'aime frôler
Les yeux fermés
Ta peau de pêche
Ton corps de rêve
Et j'aime aussi
Me laisser faire
Ma tendre fée
Car tu as des
Talents de sorcière

J'aime t'aimer
J'aime jouer
Et si jamais
Tu m'en empêches
Je t'attacherai
Tu sais, je sais
Que c'est pour ça
Que tu protestes
Car tu aimes jouer
Au maître et à la maîtresse

J'aime t'aimer
Rien qu'd'y penser
Ça fait rêver
Et, tendrement enlacés,
On se récite
Le grand poème
Quasi mystique
Que les amants
Connaissent par cœur

Au creux de toi
Alléluia
Le paradis
Bien sur que c'est ici

J'aime t'aimer
J'aime t'aimer
J'aime t'aimer
J'aime t'aimer
J'aime t'aimer



vendredi 9 novembre 2018

Le promeneur

Marcher
Dans la ville
Parmi les silhouettes fragiles
Sous les nuages
Où nichent les oiseaux de passage

Marcher 
Dans les rues
Qui sont donc ces inconnus,
Affairés,
Occupés, préoccupés?

Dans le ciel bleu
Qui m'fait de l’œil
Y'a le bon Dieu
En trompe-l’œil
Allons voir un peu ailleurs si j'y suis

Marcher
Sur le port
Là où naissent les îles au trésor
Et ces visions
Qui rendent un peu moins con (peut-être)

Marcher 
Dans le vent
Et se prendre pour un goéland
Un albatros
En route pour les Galapagos!

Et les bateaux
Qui vont sur l'eau
C'est grâce au vent
Qu'ils sont si beaux
Allons voir un peu là-bas si j'y suis

Marcher
Sur le quai
La vie, c'est du sucré-salé
Farandole
Des idées et des idoles

Marcher
Tête en l'air
Pourtant les pieds bien sur terre
C'est plus facile
Pour garder son équilibre

Si l'existence
N'a pas de sens
Pourtant la vie
Est bien jolie
L'essentiel, ce n'est pas l'but mais le chemin

C'est le chemin





mercredi 24 octobre 2018

Les cheveux blancs

Tu pleures
Mon cœur
Car la fleur
De ton ven-
-tre s'est fanée

Tu pleures
Ma belle
L'hirondelle
De tes jeu-
- nes années

Mon cœur
Ta source
De vie
S'est tarie
A jamais

Tu pleures
Cet outrage
C'est dé-
-jà le bas
De la page

Ma belle,
Une drôle de lune éclipse le soleil
Ma belle,
Une drôle de neige tombe sur tes merveilles
Mais, ma belle,
Je t'aime autant qu'avant
Princesse aux cheveux blancs

Ma belle,
Etre une femme
C'est un drame
Mélodrame
En un acte

A l'été
Éphémère
Succèdent
L'automne
Et puis l'hiver

Et, au fond,
Etre un homme
Viril
Mais fragile
C'est tout comme

Hier soir
Sur mon front
J'ai trouvé
De bien pro-
-fonds sillons

Ma belle,
Une drôle de lune éclipse le soleil
Ma belle,
Une drôle de neige me tombe sur les oreilles
Mais, ma belle,
J'espère que, malgré mes cheveux blancs,
Je reste ton prince charmant

mardi 14 août 2018

Yves et Bernard

Yves est un monsieur qui, dans la vie, 
A réussi, comme on dit
Il habite un bel appartement, vue sur la Seine, 
Terrasse, un vrai palace
Bernard, c'est un SDF qui passe sa vie  
A mendier un peu de vin
Mais aujourd'hui le destin va se charger 
De leur trouer un point commun

Il est 17h quand, tout à coup, 
Leur cœur décide que, lui, il arrête là
Faites comme vous voulez, moi je m'en vais, 
Rendez-vous à jamais, et c'est comme ça
La femme d'Yves se précipite sur l'téléphone 
Et, en catastrophe, fait le 18
Et Bernard s'écroule lentement 
Sous le regard compatissant des passants

Voilà les secours chez Yves, tiens-bon chéri, 
Tu vois, le médecin arrive
Mais comme c'est une résidence sécurisée, 
Il faut plein de codes pour entrer
La femme d'Yves s'en souvient plus, elle ne sait plus,
Elle s'y r'trouve plus, c'est la panique              
Il faut dire que, d'habitude,
Elle n'utilise qu'un simple badge magnétique

Bernard, pendant c'temps-là, a plus de chance 
Puisqu'un pompier passe par là
Le type comprend tout d'suite et t'inquiète pas
Mon gars, je m'occupe de ton cas
Et pendant que les secours trépignent 
Devant l'interphone,Yves s'envole
Et Bernard revient à la vie, bien étonné que, 
Pour une fois, elle lui sourie

Cette histoire est véridique, merci au bon 
Docteur Pelloux pour la chronique
C'est une fable moderne, genre le corbeau 
Et le renard technologique
Mais ne comptez pas sur moi pour en tirer une
Substantielle morale
Dans le grand cirque du monde, on dirait 
Qu'il s'amuse,Monsieur Loyal

Dans le grand cirque du monde, on dirait 
Qu'il s'amuse bien, Monsieur Loyal

lundi 30 juillet 2018

Les enfants des 30 glorieuses

Les enfants des 30 glorieuses
Ont la figure un peu piteuse
Où sont passés les arcs-en-ciel,
Les étincelles, les hirondelles?
Où sont passés tous ces avions
Qui nous emmenaient vers l'horizon
Pour construire un nouveau pays
Et y vivre enfin la vraie vie?

Les enfants des 30 glorieuses
Trouvent la vie franch'ment menteuse
Où sont passés les lendemains
Qui chantent de joyeux refrains?
Où est passée la conviction
Qu'on ne va pas vivre comme des cons
Que même avec un p'tit bagage
On peut s'offrir un beau voyage?

Les enfants des 30 glorieuses
Trouvent la blague assez miteuse
Ils ont hérité d'une dette
Et de déchets du genre pas net
Avec, au d'ssus, quelques nuages
Porteurs de bien sombres présages
Sur cette planète surpeuplée
On a du mal à respirer

On a du mal à respirer

lundi 16 juillet 2018

C'est toujours la même mer

C'est toujours la même mer
Ce sont toujours les mêmes eaux
Depuis Homère
Ce sont toujours les mêmes flots
Qui baignent la terre
Terre des hommes
Pauvres petits bonhommes
Perdus dans l'univers
Ce ne sont plus les mêmes frontières
Mais c'est toujours la même mer

C'est toujours la même mer
Et c'est toujours la même guerre
Le même désastre
Ce sont toujours les mêmes massacres
Et c'est toujours la même sang
Qui coule aussi rouge qu'avant
Sur le sable du désert
Ce ne sont plus les mêmes frontières
Mais c'est toujours la même guerre

C'est toujours la même mer
Et c'est toujours la même chimère
La même lueur
Et le même horizon farceur
Rêves de gloire et de bonheur
On veut le paradis, on crée l'enfer
On veut Jésus, c'est Lucifer
Ce ne sont plus les mêmes frontières
Mais c'est toujours la même chimère

Mais la mer
Elle s'en fout, la mer
Elle roule tranquillement ses petites vagues
Elle attend que ça se tasse

Les coups

Toute sa vie, on prend des coups
Des coups de main
Des coups de pied
Des coups de poing
Des coups de pouce
Des coups de pot
Des coups de bol

Des coups de tête
Des coups de pompe
Des coups de griffe
Des coups de foudre
Des coups de feu
Des coups de jus
Des coups de massue
Des coups de vieux
Des coups d'soleil
Des coups de gueule
Des coups de blues
Des coups de coeur

Des coups francs
Et des coups bas
Et même des courageux

Sans oublier les coups de théâtre
Ça fait beaucoup...
Mais tous les coups sont permis!