Si j'ose dire, quésaco ?

Des chansons originales... à lire, à écouter (ici, notre chaîne YouTube), à reprendre, à diffuser, à fredonner, à brailler...

mercredi 21 mars 2018

La cathédrale

Elle découpe sur le ciel noir
Ses frisotis de pierre
Ses tours dressées vers l'au-delà
Incessante prière

Et moi qui passe le cœur en berne
Et tout plein de mes petits problèmes
Je jette un œil vers les cieux
Comme toujours silencieux

Coincée entre deux batiments
Un Quick et un Mac Do
Elle respire difficilement
Elle respire par le haut

Et moi qui passe le cœur content
Et tout plein de mes petits arrangements
Je jette un œil vers le bon Dieu
Comme toujours silencieux

Et puis ma vie m'a rappellé
A l'ordre et j'ai filé
Mais il suffit d'une seconde
Pour enchanter le monde

Elle ne m'a rien appris sur l'au-delà
Mais beaucoup sur la beauté ici-bas
C'est déjà ça

lundi 29 janvier 2018

Je n'sais pas bien parler d'amour

Je n'sais pas bien parler d'amour
Les mots me paraissent bien lourds
Pour exprimer toute la douceur
De ce qui ressemble au bonheur
Je n'sais pas bien parler d'amour
Et quand j'esquisse les contours
De mes ardeurs, les mots s'esquivent
Pressés de rejoindre l'autre rive

Je n'sais pas bien parler d'amour
Oui mais quand même je t'aime

Je n'sais pas bien parler d'amour
Pourtant j'essaie chaque jour
Mais dans ma gorge, les mots se bloquent
Je suis sans doute un peu cinoque
Je n'sais pas bien parler d'amour
Pourtant l'amour, moi, je suis pour
Pour être moins énigmatique
Faisons appel à la musique

.............................

Je n'sais pas bien parler d'amour
Oui mais quand même je t'aime

Je n'sais pas bien parler d'amour
Pourtant j'aimerais te faire la cour
Et inventer des mots fleuris
Pour te re-séduire, ma chérie
En attendant ce jour charmant
Où je rimerai mes sentiments
J'remplace les mots par des baisers
Et ça s'termine sur l'oreiller

Je n'sais pas bien parler d'amour
Oui mais quand même je t'aime
Je t'aime



mardi 16 janvier 2018

En garde, fantôme!

En garde, fantôme!
Défends-toi
Ne compte pas sur moi pour avoir pitié
De ton suaire et de tes vieux os

En garde, fantôme!
C'est l'heure de vérité
Te voici au pied du mur
Qui va bientôt s'écrouler sur ta petite tête
De spectre mal repassé

Ton rictus de vieil imbécile prétentieux ne me fait plus peur
Et s'il me fait encore peur
Je n'ai plus peur de cette peur-là

En garde, fantôme!
Ta vieille épée est toute rouillée
La mienne aussi mais ce n'est pas cela
Qui m'empêchera de te transformer en brochette

Tu auras l'air malin
Une lame en travers du corps
Pour hanter les corridors 
Des âmes en peine

Ton rictus de vieil imbécile prétentieux ne me fait plus peur
Et s'il me fait encore peur
Je n'ai plus peur de cette peur-là

En garde, fantôme!
C'est le moment de montrer ce que tu as dans l'ventre
Mais déjà tu te disloques
Tu tombes en loques
La preuve est faite
Que tu étais en toc

Et toc!

Ton rictus de vieil imbécile prétentieux ne me fait plus peur
Et s'il me fait encore peur
Je n'ai plus peur de cette peur-là


lundi 8 janvier 2018

Paris sans voitures

A Paris sans voitures
Il y a des p'tites fleurs le long des boulevards
A Paris sans voitures
Il y a des balades sans odeurs bizarres

A Paris sans voitures
Il y a du gazon sur les Champs-Elysées
A Paris sans voitures
Il y a des herbes folles sur l'île de la Cité

A Paris sans voitures
Il y a d'la verdure dans le cœur des gens
A Paris sans voitures
On carbure à l'air pur et vive le printemps

A Paris sans voitures
Y'a des chênes centenaires qui vous font la morale
A Paris sans voitures
Il y a des p'tits lapins dans le quartier des Halles

A Paris sans voitures
Il pousse des salades au pied d'la tour Eiffel
A Paris sans voitures
On peut cueillir une rose pour offrir à sa belle

A Paris sans voitures
On sourit à la vie et elle nous le rend bien
A Paris sans voitures
On est tous amoureux et on n'a peur de rien

lundi 18 décembre 2017

Monsieur le chat

Au vingt-troisième étage
De cette rue étroite
Comme un enfant sage
Campé sur ses pattes
Le chat s'ennuie

Il fait beau
Et les oiseaux
Volent en liberté
Dans le ciel bleu de l'été
Le chat s'ennuie

Parfois même
Un pigeon se pose
Sur le rebord de la fenêtre
Et le regarde de son œil de pigeon
Et puis s'en retourne vaquer
A ses occupations
De pigeon

Alors le chat regarde passer les voitures
Comme les vaches regardent passer les trains
Jouer aux p'tites voitures
C'est le rêve de tous les chats urbains

Au vingt-troisième étage
De cette rue étroite
Comme un enfant sage
Campé sur ses pattes
Le chat s'ennuie

Je dirais même qu'il s'emmerde considérablement
Aussi ai-je décidé de stimuler un peu ses facultés intellectuelles

Si l'appétit vient en mangeant,
IL vient encore plus surement en ne mangeant pas

Qu'en pensez-vous, monsieur le chat?

Si l'homme est un loup pour l'homme,
Le loup est-il un homme pour le loup?

Qu'en pensez-vous, monsieur le chat?

Si en forgeant on devient forgeron,
Est-ce qu'en déconnant on devient un peu con?

Qu'en pensez-vous, monsieur le chat?

Si l'oisiveté est mère de tous les vices,
Qui est donc l'heureux papa?

Qu'en pensez-vous, monsieur le chat?

Proverbe:
Si la chemise du pauvre a bien des trous,
Celle du riche a bien des taches

Qu'en pensez-vous, monsieur l'humain?

Qu'en pensez-vous, monsieur le chat?

vendredi 15 décembre 2017

La cinquantaine

Depuis cinquante ans que je rode sur cette planète
J'en ai vu passer des refrains et des fêtes
Des grands discours du genre incontournable
Qui se terminent souvent en dessous d'table
Depuis cinquante ans que je traîne mes bottes
Sous le dur soleil quand c'n'est pas sous la flotte
J'en ai vu passer des jeunes loups aux dents longues
Beaucoup ont déjà un pied dans la tombe

Mais déjà le jour se teinte d'un peu de nuit
Plus de temps à perdre avec des conneries

Depuis cinquante ans que je rode sur cette planète
J'en ai vu passer des stars et des starlettes
Des grands malheurs et des petites misères
Des sanglots longs et des rires éphémères
Depuis cinquante ans que je fais c'que j'peux
Et que même, certains jours, je fais d'mon mieux
J'en ai vu passer des bonnes résolutions
Et aussi quelques mauvaises révolutions

Mais déjà le jour se teinte d'un peu de nuit
Plus de temps à perdre avec des conneries

Depuis cinquante ans que je rode sur cette planète
J'en ai vu passer des Roméo et Juliette
Des ambitions, des rêves, des grands projets
Et, en vérité, ils n'ont pas tous échoués
Depuis cinquante ans que je conjugue le verbe être
J'ai appris qu'il faut souvent dire peut-être
Et puis parfois toujours parfois jamais
Avec ça, nous voilà bien avancés!

Mais déjà le jour se teinte d'un peu de nuit
Plus de temps à perdre avec des conneries 

jeudi 5 octobre 2017

Les mots

Ils sont timides
Ils sont frimeurs
Ils sont perfides
ils sont moqueurs
Ils sont cyniques
Ils sont polis
Ils sont lubriques
Ils sont lubie

Les mots sont nos meilleurs amis
Les mots sont nos meilleurs ennemis

Ils sont tabous
Ils sont brillants
Ils sont doudous
Ils sont méchants
Ils sont mutins
Ils sont mutants
Ils sont putains
Ils sont puants

Les mots sont nos meilleurs amis
Les mots sont nos meilleurs ennemis

Ils sont légers
Ils sont tenaces
Ils sont perchés
Ils sont minasses
Ils sont grandioses
Ils sont mesquins
Ils sont moroses
Ils sont malins

Les mots sont nos meilleurs amis
Les mots sont nos meilleurs ennemis

Ils sont coupables
Ils sont candides
Ils sont minables
Ils sont sordides
Ils sont lumière
Ils sont faiblesse
Ils sont mystère
Ils sont sagesse

Les mots sont nos meilleurs amis
Les mots sont nos meilleurs ennemis

lundi 2 octobre 2017

Rue piétonne (France, 3eme milénaire après J-C)

Dans la rue piétonne
Depuis hier
Il y a un homme
Assis par terre
Le cul dans la poussière
Il y a un homme assis par terre
Qui passe ses journées là
Avec son chien
Son sac-a-dos
Et sa misère

Dans la rue piétonne
Depuis hier
Il y a deux personnes
Assises par terre
Le cul dans la poussière
Il y a deux personnes assises par terre
A l'affut du bon vouloir
Des passants gênés
Qui font semblant
De ne pas les voir

Dans la rue piétonne
Depuis hier
Il y a trois personnes
Assises par terre
Le cul dans la poussière
Il y a trois personnes assises par terre
Qui se disputent les miettes
Du gâteau social
A quelques mètres
Du centre commercial

lundi 28 août 2017

La boîte à souvenirs

On n'en guérit jamais vraiment
De son enfance
Jamais d'la vie, c'est là-dedans,
Au fond du ventre
Les rayons du soleil du matin
Eclairent pour toujours notre destin
Notre destin

Dans ma boîte à souvenirs, j'ai retrouvé
Le plus beau caillou de la plage
Vestige de l'époque où j'ignorais
Que ça s'appelle un coquillage
Dans ma boite à souvenirs, j'ai retrouvé
Une tristesse inconsolable
Vestige de l'époque où j'ignorais
Que sont fragiles les châteaux d'sable

On n'en guérit jamais vraiment
De son enfance
Jamais d'la vie, c'est là-dedans,
Au fond du ventre
Les rayons du soleil du matin
Eclairent pour toujours notre destin
Notre destin

Dans ma boîte à souvenirs, j'ai retrouvé
L'horrible dentier de grand-mère
Vestige de l'époque où j'ignorais
Que ça n'en f'sait pas une sorcière
Dans ma boîte à souvenirs, j'ai retrouvé
Une paire de baffes monumentale
Vestige de l'époque où j'ignorais
Tout du respect mais même pas mal

On n'en guérit jamais vraiment
De son enfance
Jamais d'la vie, c'est là-dedans,
Au fond du ventre
Les rayons du soleil du matin
Eclairent pour toujours notre destin
Notre destin

Dans ma boîte à souvenirs, j'ai retrouvé
Un vélo sans les p'tites roulettes
Vestige de l'époque où j'ignorais
Que l'équilibre, c'est super chouette
Dans ma boîte à souvenirs, j'ai retrouvé
Un gros bisou consolateur
Vestige de l'époque où j'abusais
Grave des pouvoirs de ma grande sœur

On n'en guérit jamais vraiment
De son enfance
Jamais d'la vie, c'est là-dedans,
Au fond du ventre
Les rayons du soleil du matin
Eclairent pour toujours notre destin
Notre destin

mardi 25 juillet 2017

Aux beaux jours

Tiens, voilà le grand balèze
Assieds-toi, mets-toi à l'aise,
T'as l'air de revenir de loin
T'as traversé le désert
Tu as changé d'hémisphère
A la tienne, mon vieux copain

A la vie
A l'amour
Aux amis
Aux beaux jours
Aux beaux jours

Heureuses retrouvailles
Ça n'me disait rien qui vaille
Cette aventure, tu le sais bien
Mais chacun porte sa croix
La prochaine fois, ce s'ra moi
A la tienne, mon vieux copain

A la vie
A l'amour
Aux amis
Aux beaux jours
Aux beaux jours

C'est un joli soir de juin
Posés au fond du jardin
A l'ombre du vieux figuier
Y'a d'la musique et des copains
Pour faire valser les chagrins
Et toutes ces absurdités

A la vie
A l'amour
Aux amis
Aux beaux jours
Aux beaux jours